Conseils aux entreprises de sonorisation

Les interprètes de conférence et les techniciens en sonorisation travaillent en étroite collaboration pour atteindre un même objectif : offrir un service de qualité aux clients.

AICE recommande aux entreprises de sonorisation de prendre en compte les conseils suivants concernant les cabines et le matériel.

Avant le jour J

Si l’évènement requiert une interprétation simultanée en cabine, la salle de réunion doit être équipée d’une installation technique spécifique dont la qualité est essentielle pour garantir le succès de la communication multilingue.

Rendez-vous sur le lieu de l’événement pour évaluer les conditions de la salle et déterminer l’endroit où les cabines seront installées s’il s’agit de cabines transportables.

La cabine est le poste de travail des interprètes. Il est donc indispensable qu’elle réponde à des critères précis de dimensions, d’insonorisation, d’éclairage, de visibilité et de mobilier.

• Dimensiones
La cabine doit avoir les dimensions requises par les normes ISO qui prévoient l’espace nécessaire au bon déroulement du travail des interprètes.

Pour en savoir plus sur les exigences techniques en matière de conception et utilisation de cabines d’interprétation, vous pouvez consulter les normes ISO correspondantes :

• Insonorisation
La cabine doit être correctement insonorisée afin de ne pas déranger les participants se trouvant à proximité et de ne pas distraire les interprètes.

• Éclairage 
Les interprètes doivent lire des documents et faire des recherches terminologiques pendant les sessions. Merci de mettre une lampe de travail à leur disposition.

• Visibilité
De leurs cabines, les interprètes doivent avoir une bonne vue sur l’estrade. Dans les réunions techniques, cette visibilité est particulièrement importante. Assurez-vous donc, avant d’installer la cabine, que les interprètes aient une vision correcte sur la salle, les intervenants et l’écran de projections, en évitant les colonnes ou d’autres entraves à la vision.

• Mobilier
La cabine doit être équipée d’une table de travail et de chaises pour les interprètes.

La table doit être assez profonde pour que, aux côtés des pupitres d’interprétation, les interprètes puissent poser leur ordinateur (prévoir une réglette avec des prises disponibles) et leurs documents de travail.

• Pupitres individuels d’interprétation
Pour que les interprètes puissent réaliser leur travail, il est indispensable d’installer dans la cabine des pupitres (un par interprète) et que ceux-ci soient équipés des fonctions suivantes :

  • contrôle du volume d’entrée
  • contrôle des aigus et des graves
  • sélecteur de canaux assignés à chaque langue de travail
  • bouton toussoir
  • sélecteur pour relais d’écoute

 

• Récepteurs de son
Pour que les participants à une réunion multilingue puissent suivre l’interprétation simultanée, il faut leur proposer des casques compatibles avec le matériel de son.

 

Les casques d’écoute des interprètes doivent être légers (proscrire le type de casques que l’on utilise à la radio ou à la télévision) et les rembourrages de mousse régulièrement remplacés. Comme de nombreux interprètes utilisent leurs propres écouteurs, le pupitre doit être équipé de prises et/ou d’adaptateurs.

 

• Circuit fermé de télévision
Si l’on ne peut installer la cabine dans la salle de réunion, il est indispensable que l’entreprise de sonorisation prévoie des caméras de circuit fermé et des écrans de télévision pour que les interprètes puissent suivre les débats.

 

Les caméras doivent filmer les orateurs et/ou les écrans où sont projetés les transparents, diapositives ou films vidéo.

 

Le téléviseur ou l’écran de circuit fermé de télévision ne doit pas être posé sur la table de travail des interprètes mais devant la cabine, à un endroit où il ne gêne pas.

 

Pendant l’événement :

 

Avant le début des interventions, le technicien doit faire un test avec les interprètes pour vérifier la qualité du son, corriger d’éventuelles déviations et vérifier les récepteurs, les pupitres d’interprétation et les micros (fixes et sans fil).
En cas d’enregistrement de la traduction, vérifiez que les interprètes aient donné leur accord.
Pendant les sessions, le technicien doit vérifier à tout moment la qualité du son que reçoivent les interprètes afin de corriger rapidement d’éventuelles distorsions ou interférences. Il doit intervenir immédiatement si, par inadvertance, l’interprète se trompe de canal ou oublie de brancher son micro.

Le technicien doit détecter si des micros sont simultanément actifs et éteindre systématiquement ceux qui ne sont pas utilisés pour éviter que les interprètes reçoivent des bruits se superposant au discours de l’orateur.

 

Lorsque l’orateur utilise un micro-cravate, le technicien doit veiller à ce que l’émetteur de poche soit allumé et le micro correctement placé.

Solverwp- WordPress Theme and Plugin